#Niger : Elections « djogol » ou le parfait pamphlet pour voler une élection en Afrique

caricature-de-flor-le-dictateur-en-campagne1Il est maintenant clair que les prochaines élections présidentielles et générales au Niger ce dimanche 21 février 2016 pourraient installer une nouvelle façon de voler les élections. Cette technique venue tout droit d’obscures conseillers cyniques français déguisés en agence de communication ou de gestion de crise avait été expérimentée au Gabon, testée au Togo et confirmée en Guinée. C’est méthode, c’est la victoire au premier tour.  

Le président Mahamadou Issoufou du Niger a utilisé toutes les bonnes pratiques qui pourraient être listées dans un pamphlet sur la parfaite manière de voler une élection démocratique.

Article 1 : Emprisonner son adversaire principal

arrestation hamaLa meilleure manière pour éliminer son adversaire le plus direct, le plus proche, celui à qui l’on a fait des promesses de fidélité, c’est de le faire accuser de choses horribles et de le faire emprisonner.

Hama Amadou, ancien allié de Mahamadou Issoufou, c’est  à dire le seul mec au monde qui a permis à Mahamadou Issoufou d’arriver au pouvoir en 2011 en s’alliant avec lui malgré les contestations d’une partie des cadres de son parti LOUMANA est aujourd’hui en prison. Il n’est ni jugé ni condamné, juste en prison jusqu’à la fin des élections.

Pourquoi est-il en prison ? Parce que l’état nigérien, donc le gouvernement d’Issoufou, porte plainte contre lui pour « complicité de supposition de grossesse ». Cette accusation qui a évolué de « trafique de bébé à supposition de grosse » est juste une arnaque. Voici ce qu’on sait :

 La femme de Hama Amadou comme les femmes de tous les dirigeants nigériens  a accouché à l’étranger, au Nigeria, car le système le santé nigérien n’est pas assez bien pour elles. Lors du baptême des jumeaux du sieur Hama, alors allié et « frère » de Issoufou, ce dernier était présent et parait-il qu’il était « parrain » des enfants.

  Après trois ans d’alliance, Hama Amadou quitte la coalition et patatras, Hama Amadou est accusé d’avoir volé ces enfants. Il faut savoir qu’à ce jour aucune famille nigériane n’a porté plainte, le gouvernement du Nigeria non plus. On a donc un pays qui accuse un de ses anciens présidents de l’Assemblée nationale d’avoir volé des enfants dans un autre pays démocratique, alors que ce dernier n’a ouvert aucune enquête.

Hama Amadou reste en prison alors que les principales accusées sont dehors. Assez original, la femme de Hama qui est accusé de supposition de grossesse est en liberté alors que Hama Amadou qui est juste accusé de complicité ne peut pas sortir et faire campagne.

Donc malgré d’énormes efforts des agences de communication du gouvernement, on ne peut pas ne pas penser à une stratégie d’élimination de Hama Amadou.

Article 2 : Inventer de faux sondages qui te donnent vainqueur, au premier tour évidemment

Faux sondagePour voler une élection en Afrique, il faut une agence de communication et de gestion de crises française qui bien sûr invente des slogan à peine néocolonialistes mais aussi et surtout permet un placement dans les médias coloniaux français, pardon on dit médias français internationaux. Au Niger, ils viennent d’inventer une nouvelle catégorie : c’est le faux sondage ; voyant son projet de victoire dès le premier tour de plus en plus improbable, les équipes de campagne auraient fait circuler un faux sondage attribué au journal « Jeune Afrique » qui a dû démentir rapidement. Le « plus c’est gros, plus ça passe » des communicants français en Afrique n’a pas fonctionné cette fois ci mais ce n’est que partie remise.

Article 3 : Inventer un slogan antidémocratique et qui ne veut rien dire

un coup kaoVous vous rappelez tous du slogan de Laurent Gbagbo « On gagne ou on gagne ».  Ce slogan avait fait rire beaucoup d’observateurs. Au Niger, le parti au pouvoir lance le slogan « Un Coup KO » oui ça veut dire que le pouvoir annonce sa victoire dès le premier tour avant le vote sans même émettre un doute ou une condition. Au delà du slogan, ceci est le prélude d’un hold up à venir. Le régime en place annonce d’ores et déjà sa victoire au premier tour alors que nous savons tous que la force réelle de son parti et de ses alliés ne dépasse pas les 30%. Ce slogan crée les conditions d’un conflit à venir car les militants et autres soutiens à qui on a fait miroiter une victoire au premier tour sont plus aptes à se battre y compris physiquement pour protéger cette victoire. C’est irresponsable.

Article 4 : Faire de la politique de façon incantatoire

3NAu Niger, pour cacher les incompétences du gouvernement et ses incapacités à résoudre les problèmes réels des Nigériens, on procède par des déclarations et des slogans. C’est la politique par déclaration et en la matière le Niger, qui, je le rappelle, occupe une fois de plus la dernière place de l’indice de développement humain du PNUD, est championne. On a l’impression que dans ce pays, il suffit de déclarer les choses pour qu’elles se réalisent.

Prenons quelques exemples :

Les 3N : Les Nigériens Nourrissent les Nigériens. Ce programme qui était l’axe principal du programme de Mahamadou Issoufou promettait d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. En un mot grâce à la production de denrées alimentaires locales les productions nationales devraient suffire à nourrir le pays. Résultat : plusieurs milliards de Fcfa dépensés et toujours la famine au Niger.

Niamey gnala : Niamey la belle est un programme d’embellissement de la ville. Des milliards pour pas grand-chose.

D’autres programme comme le train, la prospérité, etc… n’ont pas produit grand-chose

Article 5 : Prétendre être le rempart contre le terrorisme et le protecteur de l’Occident

niger teroSi tu veux rester éternellement au pouvoir ou tout simplement voler le vote de tes concitoyens, pas besoin de se prendre la tête à régler les problèmes de ton peuple comme le développement, la santé, l’éducation ou la sécurité.  Il te faut tout simplement montrer que tu es le garant de la lutte contre le terrorisme qui touche l’Occident et que tu veux lutter contre l’immigration. Le président Issoufou du Niger a compris et applique à merveille cette recette. D’abord, il déclare tous azimuts « sa volonté de lutter contre le terrorisme et l’immigration qui touchent l’Europe. » Il a même dit pouvoir empêcher l’immigration des Africains vers l’Europe en installant les contrôles aux frontières européennes au Niger. Pour toute personne qui connaît un peu la géographie du Niger, cette proposition n’est pas sérieuse voir complètement stupide.  

Petites explications:

Le Niger est un pays enclavé de 1 267 000 km2 soit deux fois la France donc le surveiller est impossible. Sa situation géographique fait de lui un carrefour d’échanges entre l’Afrique du Nord et l’Afrique noire au sud du Sahara. Le Niger a plus de 5 697 km frontières terrestres avec ces sept voisins reparties comme suit : Algérie 956km, Bénin 266km, Burkina Faso 628km, Libye 354km, Mali 821km, Nigeria 1 497km et le Tchad 1 175km.

Par sa taille et par la corruption des politiques et une grande partie de l’administration, le Niger est considéré comme une passoire pour les trafiquants de tous genres et autres bandits de grands chemins.

Donc les déclarations des dirigeants actuels du Niger de maîtriser l’immigration européenne n’ont aucune conséquence ni sur l’immigration ni sur la sécurité en Europe. Le seul intérêt est de capter les subventions européennes qui ne servent qu’à enrichir une classe politique déjà milliardaire et de maintenir le niveau de vie de leur progéniture en France.

Article 6 : Être l’ami de Vincent Bolloré

inauguration-bluezone-niamey-issoufou-et-bollore-08Je sais qu’en lisant ce nom, mon ami et avocat Charles Morel doit déjà bondir sur sa chaise. Oui tous les avocats qui défendent les droits de l’homme le disent : quand on prononce le nom de Bolloré, on doit absolument éviter de l’associer à : Afrique, dictateurs, expropriation de paysans, corruption…. Le garçon est susceptible et attaque en justice le moindre journaliste, activiste ou autre qui parle de ses affaires en Afrique. Comme je ne veux pas aller en prison, je prendrais donc beaucoup de pincettes.

Mahamadou Issoufou, président du Niger, un socialiste, un vrai, est l’ami intime de Bolloré. Oui ! Oui ! Oui ! Ils ont déclaré tous les deux que ce qui les lie c’est « plus que de l’amitié ». Cela s’est vérifié quand le président du Niger a lui-même conduit l’honnête homme d’affaire français qui, je le cite, a « toujours respecté les règles locales dans ses contrats en Afrique» dans Niamey. Il n’y a aucun baptême, aucun mariage, aucun « Balsa » dans Niamey où on ne parle pas de cette « plus qu’amitié » entre les deux hommes. A moins que ça ne soit la fraternité car plus que l’amitié c’est l’amour ou la fraternité. De ce point de vu je n’aurais rien à en dire. Car moi-même j’ai des frères et sœurs blancs. Toujours est-il que cette « plus qu’amitié » aurait permis au régime d’accéder aux médias français.

Ces élections surviennent après des décennies de yayo entre élections démocratiques, crises politiques, coup d’état, transition, nouvelle constitution et réélection. Cette histoire risque de recommencer si le président Issoufou n’arrête pas de suite les va-t-en-guerre et autres voyous qui l’entourent et qui sont prêts à mettre le pays à feu et à sang pour garder leurs privilèges. J’ai peur que ça ne soit trop tard.

Publié dans Afrique, Baki râle, Politique | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

#Niger: Le Ministre et la bouteille ou les monologues d’un Potomane alcoolique

1chainespieds_0_0La potomanie est une pathologie principalement psychiatrique qui se caractérise par un besoin irrépressible de boire de l’eau. Cette consommation excessive, jusqu’à 10 litres ou plus par jour, peut devenir mortelle, car l’organisme ne peut pas tout assimiler.
Beaucoup de dirigeants actuels en Afrique, sont atteints par cette maladie au regard de leur consommation cette fois, d’alcool et des conneries qu’ils débitent avec en moyenne 20g dans le sang. Ces nouveaux maîtres dans nos pays, après des années passées dans l’opposition et comme enseignant syndicaliste (seul métier de d’administration où ils étaient acceptés), sont devenus dépendants d’un célèbre breuvage écossais inventé par un marcheur au bâton de pèlerin nommé John. Ces dirigeants une fois au pouvoir et qu’enfin ils ont de l’argent, des filles (oui ce sont essentiellement des hommes) et du Farro, boivent sans pouvoir s’arrêter. A tel point qu’on se demande parfois s’ils fêtent Pourim tous les jours. Le problème est que parfois ils occupent des postes importants et prennent des décisions qui ont des conséquences directes sur leur citoyens. Au Niger, un pays qui est riche en uranium, en charbon, en fer, ciment, pétrole, or … mais qui reste éternellement dernier au niveau de l’indice de développement, nous avons ce type de ministres potomanes à très grandes responsabilités qu’on nomme affectueusement “mai kolbé”, l’homme à la bouteille.

Les monologues du Potomanealcoolique

Mai kolbė est un ministre “fort”, vous savez ces ministres complètement en roue libre. Ils peuvent être à n’importe quel poste, ils se mêleraient quand même de tout. Leurs principales ennemies sont la démocratie et la justice; leur marque de fabrique, les monologues. Mai kolbé par exemple est capable de parler 3h pour faire un point sur l’arrestation d’un voleur de fruits. Il est ministre de l’intérieur mais il s’occupe aussi de la justice, de la défense, des transports… Comme tout bon soûlard, il parle tout seul sauf que lui le fait devant les journalistes et que ces paroles peuvent être suivies d’actes puisque des hommes et des femmes sous ses ordres prennent ses délires pour un commandement. Par sa faute, d’honnêtes hommes et femmes se retrouvent souvent sous les verrous. Parfois, il convoque les griots d’état, pardon, les journalistes des médias publics pour faire un point. Ce point peut durer des heures sans que personne ne puisse s’en aller. Mai Kolbé aime bien parler de lui et de combien il est formidable et comment toute personne qui ne serait pas d’accord avec lui est nulle.

Liturgie sous coma éthyliqueSaoulard120712300-1170x480

La liturgie dans le vocabulaire religieux monothéiste désigne les différentes règles qui vont codifier le déroulement du culte. En général pendant cette phase du culte, il y a le silence. C’est ainsi qu’on pourrait qualifier certaines prises de parole publique de certains ministres au Niger.
Voici la retranscription d’un exemple de ces diatribes avec un taux d’alcoolémie frôlant les 50g. Il se présente pendant 30 minutes, cite tous ses diplômes y compris son certificat de natation puis fait son propos liminaires pendant 2h pour expliquer un comme il est beau, deux comme ses adversaire sont nuls, trois comme il est intéressant, quatre comme ses adversaires sont nuls, cinq comme il est intelligent, six comme ses adversaires sont nuls, sept comment il est intègre, huit comme ses adversaires sont nuls, neuf comme il a la plus grosse, dix comme ses adversaires sont nuls. Oui vous l’avez bien compris à chaque intervention, mai kolbé a la même chute : ses adversaires (c’est-à-dire tous ceux qui ne lui disent pas “oui chef”) sont nuls. Du coup comme je l’ai déjà dit ici, nous en venons à ne plus faire confiance aux opposants quand ils arrivent au pouvoir. Surtout quand ces derniers ont passé des décennies à l’opposition.

Le goumbé politique au Nigergoumbé

Le « goumbé ou le zigdé ou le socété » (pour les cousins Dendi) est une danse très connue au Niger. La particularité de cette danse, c’est de faire des petits pas. Des fois on fait les mêmes pas à reculons pour se retrouver au point de départ. Ici c’est normal car l’objectif est de recommencer, la seule conséquence étant de danser jusqu’au bout de la nuit. Dans la politique les conséquences d’une reculade sont toujours catastrophiques. Au Niger depuis l’avènement de la démocratie, la réélection des présidents sortants s’est toujours passé dans des conditions très limites voir totalement antidémocratiques. A chaque fois la même histoire : un homme, abonné à la bouteille qui occupe un poste important, se transforme en super dictateur pour sauver son poste et cela quelles que soient les conséquences pour le pays et ses citoyens. Le résultat est un éternel recommencement. Le Niger est au bord du gouffre d’un éternel recommencement, alors Messieurs, dessaoulez !

Publié dans Afrique, Baki râle, Politique | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

France : Gouvernement Valls 3 : Le color blind à la française

remaniement.les-38-ministres-et-secretaires-detat-du-gouvernementEncore un gouvernement en France sans aucun homme (masculin) d’origine maghrébine (comprendre Arabe), ni d’origine de l’Afrique subsaharienne (comprendre noirs d’Afrique) à l’exception des descendants de Harkis.Depuis le premier gouvernement de François Hollande en 2012, je voulais publier ce billet. Plusieurs personnes que je respecte m’en ont dissuadé. Leurs arguments étaient :
– Arrête, tu vas être traité de communautariste,
– Tu risques d’être amalgamé à des personnes qui ne portent pas les mêmes valeurs que toi,
– Même qu’un ex-ami, qui était dans un cabinet ministériel m’avait dit cette phrase extraordinaire : « Ce n’est pas en attaquant le gouvernement de la sorte que tu vas avoir un jour un boulot en entreprise ». Je ne comprends toujours pas le lien entre mon envie de bosser dans le privé et le gouvernement. D’autant plus que je n’ai jamais eu envie de bosser dans un, ou pour un, de ces gouvernements en France.
Je me suis donc tu en fondant mon espoir sur les futurs gouvernements. Puis ce jeudi 11 Février 2016, sans trop y croire mais en espérant quand même une surprise, j’ai vu défiler un à un à un les nouveaux ministres aux postes et périmètres tant originaux qu’inutiles. Puis j’ai fini par me rendre à l’évidence : IL N’Y AURA PAS DE FIGURE MASCULINE D’ORIGINE AFRICAINE DANS UN GOUVERNEMENT PENDANT LE QUINQUENNAT DE FRANÇOIS HOLLANDE.

remaniement.les-38-ministres-et-secretaires-detat-du-gouvernement

Les pieds dans le plat

Mon grand-père m’a toujours dit que quand on jardine, il ne faut pas avoir peur de se salir les mains. Autant dire que je ne vais même pas prendre de gants. Depuis plus de 40 ans (après j’ai arrêté de regarder), il n’y a eu dans un gouvernement français que 2 hommes (hors harkis) d’origine africaine dans un gouvernement français. Ces 2 hommes n’étaient que des secrétaires d’état sous la tutelle d’autres hommes certainement plus responsable qu’eux . Il ne faut pas déconner non plus. Ce sont :

Kofi Yamgnane : Né le 11 octobre 1945 au Togo. Diplômé de mathématiques à l’Université de Bretagne occidentale à Brest et ingénieur à l’école des mines de Nancy. Il devient secrétaire d’État chargé de l’intégration auprès du ministre des affaires sociales et de l’intégration dans le gouvernement d’Édith Cresson en 1991 puis en 1992 dans le gouvernement Bérégovoy jusqu’en 1993. Conseiller régional de Bretagne de 1992 à 1997 et député socialiste du Finistère lors de la XIe législature de 1997 à 2002.
Azouz Begag : né le 5 février 1957 à Lyon (Rhône),de parents originaires d’Algérie, écrivain, diplomate et chercheur chargé de recherche en économie et sociologie du CNRS à l’université Paris-IV. Il a été ministre délégué à la promotion de l’égalité des chances du 2 juin 2005 au 5 avril 2007 dans le gouvernement de Dominique de Villepin.
Comment se fait-il que la République, tout gouvernement confondu, a oublié toute une partie de sa population? Une chose est sûre, ceux qui ont toujours considéré que la gauche était moins aveugle sur l’existence des couleurs des Français ont eu tort.
Un gouvernement d’expérience, d’union national et tous les autres blablas habituels
Parmi les nombreuses déclarations du premier ministre sur le nouveau gouvernement, nous pouvons retenir deux mots; pardon, deux éléments de langage : expérience et union nationale. Il est clair que nous avions besoin d’union et d’expérience pour sortir le pays de la crise sociétale liée aux questions économiques, sociales mais aussi aux différents attentats violents et lâches que le pays a subis. Malheureusement cette union se fera sans les noirs et les arabes d’Afrique à moins qu’on ne les accuse de manquer d’expérience qui sait.

Et pourtant…
Quand on regarde les partis politiques français, nous voyons que les leaders viennent essentiellement des grandes écoles, des administrations, des entreprises ou encore des organisations de jeunesses. Dans toutes ces organisations on peut sans trop se fouler trouver des hommes noirs ou arabes d’Afrique. On sait que les mêmes processus qui ont permis aux partis et aux gouvernements de trouver les femmes peut permettre de trouver les hommes. Nous avons besoins d’autres exemples que les hommes noirs et maghrébins qui courent après ou pas un ballon. Nous savons aussi que certains arguments sont fréquemment utilisés pour éliminer ces concitoyens de la chose politique.
– L’argument de l’absence de diplôme ; pardon, on dit manque d’expériences. Il est de notoriété publique que toutes les personnes nommées dans poste ministériel sont des sommités dans leurs domaines (non je déconne). En plus aujourd’hui, on peut facilement trouver dans la population de français d’origine africaine des énarques, des polytechniciens, des anciens de sciences-po, il y a même les leaders de tous genres de mouvement de jeunesse liés de près ou de loin à un parti et cela dans tout l’échiquier politique.
– L’argument républicain d’absence de quota. Dans ce billet je ne suis pas en train de demander des quotas (même si cela aurait eu le mérite de clarifier les choses). J’essaie juste de dire que dans toutes les organisations où j’ai pu militer, la question de l’égalité femme-homme a toujours été traitée en passant par une phase contraignante soit par la loi, soit par convention, soit les deux. Il est donc temps que les chefs des partis comme les chefs de gouvernement s’obligent ou soient obligés à faire représenter toutes les composantes de la société française.
– L’argument des femmes d’origine africaine dans le gouvernement: voici pour moi l’argument le plus pervers. En effet c’est comme si on voulait montrer aux petits garçons d’origine africaine qu’ici la seule chose qu’ils pourraient faire pour réussir leur vie c’est de courir, sauter, danser (du hip-hop bien sûr), faire rire ou rire comme « au bon vieux temps du BANANIA » ou encore de se préparer à vivre dans l’illégalité. Par ailleurs la nomination de ces femmes (et ce n’est un secret pour personne) vise un sel objectif, le fameux “d’une pierre deux coups” (on a une femme et un maghrébin pour un seul poste). Pour les hommes il y a encore plus retors,souvent l’image qu’on en fait à la télé pour mieux les enfoncer c’est celui du sauvage, violeur, voileur et faignant incapable de se surpasser. Pourtant beaucoup d’entre eux ont fait tout ce qu’on leur a demandé y compris se nier. Il n’y a donc pas de raison valable pour ne prendre que des femmes comme il n’y en a pas non plus pour prendre que les hommes. On a l’impression qu’un gouvernement français, c’est un gouvernement d’hommes blancs occupant des poste importants avec des femmes un peu aux postes secondaires, avec parmi elles les femmes d’origine africaine. Du coup le fait que ces personnes prennent des femmes d’origine africaines (il n’y en a pas eu non plus des tonnes), me laisse perplexe sur leurs intentions. On peut même se demander s’ils ne se foutent pas secrètement de leur gueules à moins qu’il y ait des raisons plus inavouables.

Publié dans Baki râle, Politique | Tagué , , , , , | 1 commentaire

Religion, best alibi for criminals and idiots

Mauritania, Silence, we kill quietly here

Our discussion begins with a nightmare. We begin the conversation speaking of the decline in traffic accidents in Europe, when suddenly we find ourselves speaking of dictators, Boko Haram, AQIM, ebola, Anti Balaka, Shebabs, Ebola… Yes, when two people of African origin come together to chat, we end up taking a gruesome inventory of the biggest killers on the continent. So, when the Mauritanian woman spoke in her turn, she recited the poem that one could call, “Four million Moors living in Mauritania.”
In Mauritania, the most deadly dangers are hunger, terrorism, ebola, and Islamism.
In Mauritania,
-You’re a Democrat, you die,
-You are a human rights defender, you die,
-You defend a Democrat, you die,
-You critique President Mohamed Ould Abdel Aziz, you die,
-You’re an independent journalist, you die,
-You’re a blogger, you die,
-You look askance at an imam of the Zawayas (Arab-Berber) caste, you die,
-You critique slavery, you die twice.
Here we are 4 million living or the living dead.
This is what could happen if Africans remain indifferent to the recent death sentence imposed on Mohamed Ould Mohamed Mkhaïtir for criticizing the use of religion to justify the slavery and domination of people in caste based societies.

Zemmour and his friends forever

Without being a specialist in history, nor any other specialization for that matter, it is safe to assume that slavery, i.e. selling one human being to another to be reduced to the status of animal, is much more developed in settled societies. Religion is often man’s best ally in this business. Under the pretext of fulfilling a divine mission or of respecting some religious precepts or rotten traditions, some people decide that they are justified in enslaving other human beings. Religion is even powerful enough to convince those who suffer that their condition is a blessing from “God”.
I will not dwell, for the moment, on the centuries of the Church’s support of slavery and the slave trade—either through their action or inaction.
I know that some members of the Church fought against slavery; but it was certainly not the majority.

logo photo med cheich (1)

Let’s clean your own yard first

This recent case of the young Mauritanian man being sentenced to death for apostasy has highlighted the often overlooked fact that slavery and caste systems still exist in most societies in the Sahel. The pinnacle of these stupid and barbaric traditions has been reached in Mauritania where there are two distinct groups within this population of four million souls. There are the Moors of Arab-Berber origin, who are divided into castes from the noble Zawayas (chiefs, marabouts) to the lower castes (blacksmiths, weavers, potters, shoemakers…). And at the bottom of this macabre chain are the slaves. Can you guess the color of their skin? [Tic! Tac! Tic Tac! ??]
Here, men say they are charged with a divine mission and endowed with mystical powers to exploit other men. Most often, totalitarian regimes, with the help of some alleged mafia clans, use these traditions to justify the abuse and control over their fellow citizens.
And that is exactly what has happened to Mohamed Sheikh, a Mauritanian blogger and journalist who wrote an article in 2013 criticizing the existence of slavery and the caste system in Mauritanian society. In this article, he denounced the use of Islam to justify the enslavement of blacks and people of all castes in Mauritania.
Citing this article, the Islamists and the authoritarian regime in Mauritania have accused him of apostasy and have sentenced him to death. They say they want to make him an example. Thus, the lawyers who volunteered to defend Mohamed Cheikh were subjected to severe pressure from society and from extremist religious organizations. As a result, they have been replaced by court appointed lawyers. Yes, one could be sentenced to death with a court-appointed lawyer.
Fatwas have also been passed on to the lawyers and those who support this case. The Mauritania activist Mint El Moctar Aminetou was the latest to receive a fatwa condemning him to death. His crime—defending Mohamed Cheikh Ould Mohamed.
To support the Mauritanian activists, 100 activists from Africa and of African origin, and of all faiths, have decided to mobilize against this unjust and intolerable conviction. We have sent an open letter to in French and in English to Mohamed Ould Abdel Aziz, President of the Islamic Republic of Mauritania and President of the African Union calling for:
1) The immediate and unconditional release of Mohamed Ould Cheikh Mohamed Mkhaïtir, and
2) To ensure he is protected against all acts of torture and ill treatment.

Publié dans Afrique, Baki râle, Politique, Social | Tagué , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

La religion, meilleur alibi des criminels et des cons

Mauritanie, Silence, on tue (tranquillement) !

La discussion commence comme un cauchemar, on parle de la baisse du nombre de mort sur les route en Europe et tout d’un coup on se retrouve à parler dictateurs, Boko Haram, AQMI, ebola, Anti Balaka, Shebabs, Ebola… Oui, quand deux personnes d’origines africaines se rencontrent en ce moment, c’est un inventaire macabre de ce qui tuent le plus sur le continent. Alors quand c’était au tour de la Mauritanienne de parler, elle nous récite ce poème qu’on pourrait titrer « Quatre millions de Maure vivants en Mauritanie »

En Mauritanie, la faim, le terrorisme, ebola ou l’islamisme ne sont pas les dangers les plus mortels.

Ici,

– tu es démocrate, tu meurs,

– tu es défenseur des droits humains, tu meurs,

– tu défends un démocrate, tu meurs,

– tu critique le président Mohamed Ould Abdel Aziz, tu meurs,

– tu es journaliste indépendant, tu meurs,

– tu es blogueur, tu meurs,

– tu regardes de travers un imam de la caste des zawayas (arabo-berbère), tu meurs,

– tu critique l’esclavage, tu meurs deux fois.

Ici, nous sommes 4 million de morts-vivants ou de vivants-morts selon.

C’est ce qui risque d’arriver dans l’indifférence total des Africains à Mohamed Cheikh ould Mohamed Mkhaïtir condamné à mort pour avoir critiqué l’utilisation de la religion pour imposer l’esclavage et la domination de la société des castes.

Aux siècles de Zemmour et ses amis

Sans être spécialiste de l’histoire ou de je ne sais quelle autre spécialisation, on peut dire sans trop se tromper que l’esclavage, c’est à dire la vente d’êtres humains à un autre être humain, qui peut le réduire à la condition animale ou presque, s’est beaucoup plus développé dans les sociétés sédentarisées. La religion est souvent le meilleur allié des hommes dans cette entreprise. Sous prétexte de mission divine, de respect de préceptes ou encore de traditions pourries, certains décident de réduire en esclave d’autres humains. L’utilisation de la religion va même jusqu’à convaincre ceux qui subissent de considérer leur situation comme une bénédiction de « Dieu ».

Je ne m’attarderai pas sur le soutien par action ou inaction de l’Eglise pendant des siècles à l’esclavage et au commerce des Noirs.

Je sais que certains membres de l’église se sont battus pendant des siècles contre l’esclavage. Mais ce n’était certainement pas la majorité.

logo photo med cheich (1)

Commencer par balayer devant sa case

La récente condamnation à mort pour apostasie d’un jeune homme en Mauritanie révèle une réalité souvent ignorée, celle des castes et des esclaves dans la plupart des pays du Sahel. Le sommet de ces « traditions » stupides et barbares est atteint en Mauritanie. Ici, on compte deux groupes distincts qui composent la population (quatre millions d’âmes) : les Maures d’origine arabo-berbère et les Afro-Mauritaniens, originaires d’Afrique subsaharienne, subdivisés en castes, allant des nobles Zawayas (chefs, marabouts) aux castes inférieures (forgerons, tisserands, potiers, cordonniers…). Et au bout de cette chaîne macabre, les esclaves. Devine la couleur de leur peau? Tic ! Tac ! Tic ……Tac !

Ici, les hommes se disent chargés d’une mission divine et dotés de pouvoirs mystiques pour exploiter d’autres hommes. La plupart du temps, les régimes totalitaires en place avec l’aide de quelques clans mafieux utilisent ces prétendues traditions pour maltraiter, un peu plus, leur concitoyens.

C’est ce qui arrive à Mohamed Cheikh, un blogueur et journaliste mauritanien qui milite contre l’esclavage et la société des castes en Mauritanie. En 2013, il a écrit une tribune dans laquelle il dénonçait l’utilisation de la religion musulmane pour justifier l’asservissement des Noirs et de toutes les personnes issues de castes en Mauritanie.
Pour cet article, les islamistes et le régime autoritaire mauritaniens ont décidé de le faire condamner à mort pour apostasie et blasphème. Pour servir d’exemple, comme ils disent. Pour s’en assurer, ils mettent la pression sur ceux qui seraient tentés de le défendre. Ainsi, les avocats qui se sont portés volontaires pour la défense de Mohamed Cheikh ont subi de violentes pressions de la part de la société ainsi que de la part des organisations religieuses extrémistes. Ils ont depuis été remplacés par des avocats commis d’office. Oui, on put être condamné à mort avec un avocat commis d’office.

Les fatwas pleuvent également sur les défenseurs des droits de l’homme mauritaniens qui parlent de cette affaire. La dernière en date est celle la militante mauritanienne, Aminetou Mint El Moctar, visée par une fatwa la condamnant à mort. Son seul crime : avoir pris la défense de Mohamed Cheikh Ould Mohamed.

Pour soutenir les activistes mauritaniens, 100 militants africains ou d’origine africaine, de toutes croyances, issus de 40 pays, ont décidé de se mobiliser contre cette condamnation injuste et intolérable. Nous avons adressé une lettre ouverte en français et en anglais à Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République Islamique de Mauritanie et Président de l’Union Africaine,
Pour demander :
1) La libération immédiate et sans condition de Mohamed Cheikh ould Mohamed Mkhaïtir.
2) Garantir sa protection contre tout acte de torture et mauvais traitements.

Vous n’avez plus qu’à signer cette lettre ouverte et à la diffuser en MASSE.

Publié dans Afrique, Baki râle, Politique | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Bonne année militante et solidaire: Le combat continue en 2015!

C’est grâce à votre mobilisation et votre soutien que nous avons pu gagner des batailles en 2014. Merci pour vos dons qui nous ont permis d’accompagner et d’aider des associations et des particuliers. Ces victoires nous appartiennent à tous. Cette année, plus que jamais, les citoyens auront l’opportunité de s’engager pour ce qu’ils pensent juste.
Nous comptons sur votre générosité et votre soutien pour continuer ensemble en 2015. Vous pouvez nous aider en participant à notre campagne de crowdfunding. Si chacun donne 5€, nous seront capables d’aider 600 associations en 2015.
We Sign It vous souhaite à toutes et à tous une bonne année 2015 militante et solidaire.

Voici en vidéo, un aperçu de nos combats et victoires en 2014.  

Publié dans Afrique, Environnement, Europe, Politique, Social | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

#Yamecansé. ou comment les mexicains expriment leur ras-le-bol des violences

«Ya me cansé del miedo » Fatigué de la peur

Le 26 Septembre 2014, la police municipale de Iguala et Cocula ont attaqué un groupe d’étudiants de la École normale rurale Isidro Burgos de Ayotzinapa. Le résultat : six morts, 25 blessés et 43 étudiants portés disparus. Le gouvernement mexicain vient d’affirmer que les étudiants disparus sont morts. Depuis, grosse mobilisation mondiale pour demander transparence et justice

MexicoTous les soupçons vont  vers l’ancien maire de Iguala , José Luis Abarca Velázquez , et son épouse María de los Ángeles Pineda Villa , qui auraient  ordonné cette attaque . Le résultat : six morts, 25 blessés et 43 étudiants portés disparus. Un peu plus d’un mois après ce crime, l’indignation publique continue de monter crescendo, elle se manifeste dans des manifestations physiques quotidiennes à Mexico et à travers le pays. La rage coule également dans les écrans de nos ordinateurs, via  les messages Twitter Facebook qui exigent le retour en toute sécurité des étudiants disparus. Récemment, plus de 100 illustrateurs et designers mexicains se sont réunis pour exprimer leurs sentiments de colère et de tristesse profonde sur ce crime. L’initiative a invité tous les artistes en arts visuels du Mexique pour illustrer un élève manquant, en utilisant la technique de leur choix et le poster sur les médias sociaux Bien que la situation soit tragique, la mobilisation prouve indéniablement la solidarité intense et la force de la jeunesse du Mexique dans ces moments. Dans le mois, les jeunes Mexicains ont organisé des manifestations, des rassemblements et des mouvements de ce genre dans tout le pays et dans  le monde entier, pour démontrer qu’il ya encore de l’espoir, que la jeunesse du Mexique demande une réponse démocratique. Nous pouvons participer à lutter contre cette impunité exaspérante et nous demandons le soutien international via les outils gratuits à notre disposition, pour faire entendre notre voix Parce que nous sommes «  fatigués de la peur ». S’il vous plaît signez diffusez dans vos réseaux.

English

Español

Publié dans Baki râle, Politique, Social | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire