Enfin, un 1er Mai Politique

La 1er Mai, fête du travail, Journée Internationale du Travail, est une journée aux origines multiples. Certains remontent jusqu’au Moyen-Age pour lui trouver une origine, d’autres s’arrêtent à la révolution industrielle et en Angleterre.
Un jour, « un grand syndicaliste français », très légitimement, me dit avec un certain argument d’autorité : « Ecoute-moi mon grand, le 1er Mai est une journée de mobilisation intersyndicale, unitaire, avec une plateforme revendicative unique sur les salaires et sur les conditions de travail. Nous ne voulons aucune revendication politique. Et je sais de quoi je parle… » Ah oui! Il était DP, DS, CHSCT, élu RSCE, CE, et d’autres mandats nationaux dans son syndicat. Autant sur ses différents mandats, je n’avais rien à y dire si ce n’est : « BRAVO MON GÉNÉRAL », autant sur la partie mobilisation unique et unique revendication salariale, je n’ai jamais été d’accord.
J’ai toujours compris que la Journée du travail était hautement politique. Quand j’étais plus jeunes, même très petit, on savait que c’était le jour où les « bandits » et leurs enfants les « banditos », sortaient pour :
– dire NON à la politique du gouvernement ;
– réclamer plus de droits et libertés individuelles ;
– demander la libération des prisonniers politiques et des enquêtes indépendantes sur les disparus et les assassinats sommaires ;
– demander un accès à l’éducation et à la santé pour tous, etc…
Le soir, à la télé, il y avait de longs monologues de « Grands journalistes », de porte-paroles, de chefs de tribu et mêmes des fois de chefs religieux, dans toutes les langues pour dire comment il ne fallait pas écouter ces genS-là (oui il faut prononcer le S) puisque c’étaient des impolis qui parlaient mal au Père de la Nation. Alors même que ce père est un bon père, le seul à pouvoir diriger le pays. Le lendemain, on avait trois groupes de citoyens : les nommés à des postes très importants, les morts suite à une courte maladie et les appelés à d’autres fonctions. Cette dernière catégorie était celle que les familles craignaient le plus car elle pouvait se traduire par l’arrestation du reste des membres de la famille sur trois générations.
Ah oui, on appelle « bandits » ou « banditos » toute personne capable de se rebeller dans un pays dictatorial africain francophone. On peut aussi les appeler « Voyous », « perturbateurs », « éléments incontrôlés » et depuis peu on dit qu’ils sont « à la solde des Occidentaux, des sionistes » et surtout qu’ils sont « terroristes ».
En France, c’est aussi une journée que choisissent souvent les partis pour montrer leur opposition au gouvernement. C’est le jour où le parti d’extrême droite défile pour cracher sa haine des musulmans (traduire Arabes), des immigrés et de l’Ordre mondial. Tout un programme.
Quand ce 1er Mai 2013, j’ai appris via Facebook que les syndicats faisaient bande à part, j’ai eu deux sentiments.
– La nostalgie de ses grandes manifs République-Nation où on reste à la même place pendant 4 heures, où on écoute le même morceau 15 fois, où on chante les slogans pourris et où la meuf aux cheveux rouges de la CGT et orange de la CFDT te casse les oreilles avec sa voix de « Speedy Gonzalez ».
– Le sentiment normal où je me dis que puisque le 1er Mai est une journée politique, il est normal que chaque syndicat exprime ses idées et son orientation politique et qu’il l’assume.
Je dis donc bravo les gars de sortir de cette hypocrisie selon laquelle il faut dire qu’on est d’accord même quand on a la main sur la gâchette. Bravo de refuser le plus petit dénominateur commun comme unique solution. Et maintenant, c’est à vous de montrer que vous pouvez vous entendre sur des combats ponctuels.
Pour moi, ceux qui prônent le syndicat unique et l’unité syndicale à tout prix sont tout sauf des démocrates car ils ne veulent pas prendre leur responsabilités face aux choix qu’ils font, pire, ce sont souvent eux qui critiquent les décisions issues de l’intersyndicale.
Je suis contre le syndicat unique, le parti unique, la religion unique…

Advertisements

A propos Baki Youssoufou

Je suis: - Fondateur de We Sign It - Porte-Parole de Active Generation - Porte parole de #QuoiMaGueule collectif pour en finir avec les contrôles au faciès Français d’origine Nigéro-Sierra-Léonaise, je travail dans des mobilisations sur internet, La technopolitique et le Radical community-management. Etude de Banques et risques des marchés financiers puis économie sociale et solidaire. Syndicaliste étudiant puis président de la confédération étudiante. Plusieurs combats étudiants comme par exemple la circulaire Guéant sur les étudiants étrangers.j'ai participe aux printemps arabes et africains (Tunisie, Egypte, Sénégal, Côte d’Ivoire….). J'ai participé à #NuitDebout et je suis co-auteur de #32Mars. Je suis radical social média stratégiste inspiré par les mouvements citoyens des villes espagnoles.
Cet article, publié dans Baki râle, Politique, Social, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Enfin, un 1er Mai Politique

  1. Vancouverite girl dit :

    Oui… Et en même temps à l’heure où beaucoup de villes du monde ont choisi de manifester elles aussi, en France, on se divise.
    Je ne suis pas sûre que ça aide à faire passer le message et ça fait les choux gras des journaux de droite que les syndicats n’arrive plus à mobiliser autant.

    J'aime

  2. MEDOURI Abdelwahad dit :

    à travers cette initiative …… peut être il y aura les vraies statistiques de chaumage chez nous ! car c’est notre terrible sujet en Algérie.
    75% de notre pays sont des jeunes mais aussi il souffre comme majorité ………..malgré les nouveaux dispositifs de crédit pour la jeunesse Algériennes. (créations des micros entreprises)
    nous pourrions parler plus bien tôt ok ?

    J'aime

  3. aramatoulaye dit :

    De toute façon les syndicats ont toujours briller par leurs pluralismes et leur lunatismes tant internes qu’externes. MAIS, j’ai toujours connu les syndicats par cette phrase : « L’union fait la force ». Le 1er Mai est un jour symbolique. L’existence de dénominateurs communs met l’accent sur des problèmes récurrents et importants. Cette « division » à la longue pourrait donner au 1er Mai des sens différents…….certains viendraient à avoir leur propres parcours de défilé.
    Un 1er Mai politique, oui, mais pas de cacophonie politique.

    J'aime

  4. Marlene Bokelmann dit :

    Beaucoup de gens oublient la signification de cette journée,
    ce texte nous rafraîchit la mémoire.

    J'aime

  5. Taro dit :

    « Les genS »!!! Un qualificatif très péjoratif et très évocateur pour ceux qui ont connu ces régimes des « hommes forts »; les visionnaires et grands chefs devant l’éternel. Cependant, j’émets une petite réserve sur l’unité syndicale qui, je crois, doit aussi trouver des symboles pour s’exprimer. Pourquoi pas le 1er Mai?

    J'aime

  6. arthurcolin dit :

    Il y a des syndicats différents, qui se présentent les uns contre les autres aux élections syndicales. Parfois, ils ont une unité d’action, parfois pas. ça ne sert à rien de scander « tous unis » entre deux séances de boxe sur l’ani

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s