Moneycracy : La démocratie par Western union, moneygram & co

Image

Les diasporas africaines constituent un poids essentiel dans les budgets et même le PIB de leur pays d’origine. Ces immigrés s’organisent en associations, en collectifs, en lobby, en syndicat de travailleurs de patrons et même en partis politiques.

Dans beaucoup de pays ils remplacent complètement l’Etat dans des régions entières : ils construisent les écoles, ouvrent des dispensaires, créent des banques solidaires et développent une certaine activité socio-économique.

La légitimité par les moyens

Progressivement les Africains de l’étranger ont acquis une légitimité pour, entre autres, trois raisons. 1) Légitimité économique car ils ont des moyens d’aider leur « famille ». La notion de la famille est assez vague et vaste en Afrique noire. Cela peut aussi bien concerner père, mère et enfants qu’un village, une région, ou être transnational. Ainsi, ces immigrés qui donnent un peu d’argent à leur famille peuvent par ce geste simple soutenir beaucoup de personnes et donc avoir une position sociale.

2) Légitimité des connaissances et ou compétences. En effet, l’émigration africaine ayant changé de visage, il y a de plus en plus de personnes éduquées qui émigrent. Cette immigration qu’on peut appeler « immigration par manque de perspectives » est très dynamique et souvent à des comptes à régler. Elle est donc mobilisable et n’a aucun problème à revenir dans leur pays d’origine.

3) Légitimité par connaissances d’autres cultures, d’autres sciences et ou tout simplement d’autres personnes. Oui, les africains ont toujours eu une soif de rencontre et de connaitre l’autre avec un respect exagéré de l’étranger qui a peut-être permis à des étrangers mal fameux d’en profiter. C’est en tout cas ce que je comprends de la relecture de « Le Monde s’effondre » du Nigerian Chinua Achebe mort il y a exactement un an.

Téléphonie, Skype, Facebook et conquête du pouvoir

Avec le développement des nouvelles technologies, les africains de l’extérieur font plus simplement le lien entre leur statut, leurs pouvoir d’achat et la gestion de leur pays d’origine. Ils ont les connaissances nécessaires pour lire entre les lignes et comparer la gestion des ressources de leur pays avec d’autres. Ils sont plus à même d’alerter leurs concitoyens sur les abus.

Ainsi ils organisent des actions en ligne, mobilisent les citoyens et créent une visibilité sur ce qui se passe dans leurs pays. Ils font signer les pétitions en ligne pour faire libérer les prisonniers politiques, ils mobilisent via les sms pour appeler à voter ou ne pas voter. Ils appellent à boycotter les entreprises.

Ainsi les actions des diasporas ne sont plus en concurrence ou en contradiction avec les actions locales. Des alliances entre diasporas et oppositions se font plus facilement. On peut donc s’attendre à un développement de la veille citoyenne. Les régimes et les entreprises qui travaillent en Afrique auront de plus en plus de mal à cacher des choses.

Il est pour moi claire que le jour où les diasporas décideront de prendre le pouvoir dans leurs pays d’origine, ce sera possible avec de gros risque de conservatisme.

Mais bon, le conservatisme des diasporas fera l’objet d’un autre billet. CLIC

Advertisements

A propos Baki Youssoufou

Je suis: - Fondateur de We Sign It - Porte-Parole de Active Generation - Porte parole de #QuoiMaGueule collectif pour en finir avec les contrôles au faciès Français d’origine Nigéro-Sierra-Léonaise, je travail dans des mobilisations sur internet, La technopolitique et le Radical community-management. Etude de Banques et risques des marchés financiers puis économie sociale et solidaire. Syndicaliste étudiant puis président de la confédération étudiante. Plusieurs combats étudiants comme par exemple la circulaire Guéant sur les étudiants étrangers.j'ai participe aux printemps arabes et africains (Tunisie, Egypte, Sénégal, Côte d’Ivoire….). J'ai participé à #NuitDebout et je suis co-auteur de #32Mars. Je suis radical social média stratégiste inspiré par les mouvements citoyens des villes espagnoles.
Cet article, publié dans Afrique, Baki râle, Europe, Politique, Social, Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Moneycracy : La démocratie par Western union, moneygram & co

  1. Sam dit :

    Je ne te vois pas légitime dans cette posture dénonciatrice, pas plus sur ce blog que sur ton site Wesignit, Baki Youssoufou. Tu as été président d’un syndicat étudiant au service du pouvoir et qui veut toujours réformer l’université dans le sens du patronat. Si tu avais un peu de cohérence avec ton « combat » tu dénoncerais d’abord ce syndicat « jaune » et sa posture réformiste, type CFDT. Non, tu sembles vouloir surfer sur un radicalisme bidon, de salon, et te tailler avant d’avoir une morale et une intégrité.
    Je ne signerai plus aucune de tes pétitions, je n’ai pas vocation à t’aider à faire carrière.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s