Sommet #USA / #Africa : Obama, les dictateurs, les tueurs et les polygames

Nous sommes nombreux à avoir observé avec effroi le « Sommet USA/Africa où le président américain, « la plus grande démocratie au monde », a reçu les mecs (parce qu’il n’y a quasiment que des mecs) les plus mal fameux du monde. Tous ou presque tous ont déjà commis des crimes passibles soit de la peine de mort soit de la prison à perpétuité selon la loi américaine. Mais depuis que la Chine (une autre formidable démocratie) a décidé que ces mecs sont fréquentables et que le pétrole vaut plus que toute autre cause dans le monde,  tous les Occidentaux, les Européens en tête ont décidé de faire comme si les exactions, même parmi les plus horribles, passent en second plan. Tout se passe comme si le monde entier et même les concernés s’en foutent complètement des morts et de la misère du continent africain.

barack-obama-5-aout-2014-washington-lors-sommet-us-afrique-1655685-616x380

I/ L’oncle Sam défend son Big MacIl parait que le président américain a beaucoup hésité avant d’organiser ce sommet. Selon toujours des « éloignées de l’enquête », ce sont ses conseillers issus du monde économique qui l’ont convaincu d’organiser ce gigantesque festin.

Je me suis donc amusé à regarder le pédigrée éthique politique de ces messieurs. Selon « The Economist Group » qui a été créé en 2006 et qui publie l’indice évaluant le niveau de démocratie de 167 pays dont 166 sont des états souverains et 165 sont membres des Nations Unies, on peut classer les pays en trois groupes selon leur niveau de démocratie :

1)      Les pays démocratiques

Ce groupe regroupe tous les pays avec un processus électoral pluraliste, un bon fonctionnement du gouvernement qui rend des comptes, une participation politique des citoyens et une culture politique des libertés civiles.

Bon dans cette catégorie il n’y a aucun pays africain en 2013. Lot de consolation, il n’y a pas la France non plus. 

2)      Les pays à démocratie imparfaite

Ces pays ressemblent en tout point aux pays démocratiques mais avec la possibilité d’usage excessif du pouvoir et de la force.

Ici on trouve bien sûr beaucoup de pays occidentaux comme la France. Et on y trouve comme pays africains : Ghana, Bénin, Zambie, Namibie, Lesotho, Mali, Botswana, Afrique du Sud, Cap-Vert

Moi j’émettrais des doutes sur le Benin et le Mali, mais bon, ne boudons pas notre plaisir.

3)      Les pays à régime hybride

Ce sont les pays où les opposants sont dans la merde. Ici on organise les élections (plutôt démocratiques), il y a un parti qui gagne (plutôt à la régulière). Puis on verrouille tout, c’est-à-dire pour l’occident on est des démocrates qui montrent pattes blanches mais à l’intérieur on commet les pires exactions. Alors là, bon courage aux opposants.

Dans cette catégorie on trouve : Malawi,  Tanzanie,  Tunisie,  Sénégal, Sierra Leone,  Ouganda,  Liberia,  Mozambique,  Kenya,  Mauritanie,  Niger,  Burundi,  Égypte.

On remarque que dans ces pays, ceux qui sont au pouvoir ont passé de longues années dans l’opposition, ont subi la prison et toute forme d’humiliation, ont vécu de longues années en exil, essentiellement en Europe. Comme je le disais dans un de mes billets, il y a un an : Il ne faut plus donner le pouvoir aux « opposants historiques » car la seule histoire qu’ils retiennent c’est celle des pouvoirs violents.

4)      Les pays à régime autoritaire :

Voilà un domaine où nous éclatons tout le monde et nous avons dans cette catégorie de belle bêtes de compétition. On a comme pays dans cette catégorie : Nigeria , Maroc,  Éthiopie,  Burkina Faso, Libye,  Gabon, Togo,  Algérie, Cameroun,  Gambie,  Angola,  Swaziland,  Rwanda,  Côte d’Ivoire,  République du Congo,  Guinée,  Zimbabwe,  Djibouti,  Soudan,  Érythrée,  République démocratique du Congo,  Guinée-Bissau,   République centrafricaine,  Guinée équatoriale,  Tchad,

Sauf une ou deux exceptions, ici nous avons des mecs qui ont passé plus d’un quart de siècle au pouvoir, ou qui l’héritent de leur père qui remplit la première condition. Ici les marges de manœuvres non-violentes sont minces. Ces personnes ont atteint un tel niveau d’oppression que leur cons-citoyens sont tous atteints d’un syndrome de Stockholm. 

II/ Le « jamborée » des phallocrates, des misogynes et des polygames :

Tout d’abord je présente mes excuses à Baden Pawell, à mes anciens chefs et camarades scouts de l’utilisation de ce mot de Jamborée pour qualifier ce rassemblement mais ce qui m’intéresse ici c’est une partie de la définition du jamborée qui est « une  joyeuse réunion ou beuverie de garçons arborant un large sourire… »

Pendant ce sommet, il y a surtout une chose qui a retenu mon attention. En effet lors de la boum de fin de camp, chacun devait se pointer avec sa chacune. Mais nous avons vu une bonne moitié de ces messieurs arriver tout seul alors je me suis demandé pourquoi ?

–          Nous excluons l’orientation sexuelle : puisque 100% des chefs d’Etats et de gouvernements africains sont (par déclaration) hétérosexuels. D’ailleurs pour quasiment tous l’homosexualité est punie ou doit l’être dans leur pays.

–          Nous excluons la protection de la vie privée : d’autant plus que tous affichent publiquement leurs femmes et maîtresses dans leur pays. On a même vu des femmes, copines, concubines… Le tout venant de chefs d’Etat qui ont jeté en prison des gens dont la gueule ne leur revenait pas.

–          Nous ne garderons donc qu’une seule raison : Ces messieurs « célibataires » d’un soir sont en effet de véritables polygames à tendance boulimique. Ils ont donc eu la difficulté du choix. Comment pouvaient-ils venir avec la plus jeune épouse (c’est en général le cas) sans que cela soit un scandale.

Pour moi il faudrait un jour s’attaquer à la question de la polygamie des chefs d’Etats africains.

« New Africa is the same Africa »

 

 

 

Advertisements

A propos Baki Youssoufou

Je suis: - Fondateur de We Sign It - Porte-Parole de Active Generation - Porte parole de #QuoiMaGueule collectif pour en finir avec les contrôles au faciès Français d’origine Nigéro-Sierra-Léonaise, je travail dans des mobilisations sur internet, La technopolitique et le Radical community-management. Etude de Banques et risques des marchés financiers puis économie sociale et solidaire. Syndicaliste étudiant puis président de la confédération étudiante. Plusieurs combats étudiants comme par exemple la circulaire Guéant sur les étudiants étrangers.j'ai participe aux printemps arabes et africains (Tunisie, Egypte, Sénégal, Côte d’Ivoire….). J'ai participé à #NuitDebout et je suis co-auteur de #32Mars. Je suis radical social média stratégiste inspiré par les mouvements citoyens des villes espagnoles.
Cet article a été publié dans Afrique, Baki râle, Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s